jean fourastie

En 1990, Jean Boissonnat écrivait ces lignes prémonitoires dans un article paru dans le journal l'Expansion du 25 novembre/5 décembre 1990

Les deux économistes français les plus populaires viennent de disparaitre. On découvre aujourd’hui qu’ils nous laissent un message commun : l‘offre (la production) plus que la demande (la consommation) peut bloquer la croissance. Leurs œuvres ont été consacrées à la collecte des faits concrets plus qu’à l’élaboration de théories abstraites ; elles n’en comportent pas moins des leçons pour l’avenir.

Pour relire cet article, cliquez ici

Etudes et témoignages sur Alfred Sauvy

  • Alfred Sauvy au Conseil Economique (1947-1974) : des recommandations dont certaines sont toujours d’une pleine actualité

    Nos remerciements chaleureux vont à notre adhérente, Marie-Michelle Bataille, par ailleurs secrétaire de l’Association des Catalans de Paris et membre honoraire du Conseil économique, social et environnemental, qui nous a permis de découvrir les textes présentés ci-dessous.L’accent a été mis dans cet article sur le sujet majeur du revenu national, mais Alfred Sauvy a également présenté en 1954 deux rapports sur des sujets relatifs à l’enseignement public. Ces deux textes sont d’une grande richesse et l’apport du maître y est si évident et important qu’ils méritent que l’on y consacre un second dossier à paraitre dans la lettre n°6 qui clôturera l’étude consacrée à “Sauvy au Conseil économique“ (extrait de la lettre aux adhérents n°5 de décembre 2016).

    Lire la suite : Alfred Sauvy...

  • Hommage à Alfred Sauvy par Malinvaud

    Collège de France

    L’économiste Edmond Malinvaud est mort samedi 7 mars à Paris. Il était âgé de 91 ans. Professeur au Collège de France,  ce chercheur dirigea l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) de 1974 à 1987, mettant en place des méthodes de modélisation qui inspirent encore aujourd’hui le travail des statisticiens français.Dans cet hommage à Alfred Sauvy, il souligne que sa grande cause fut la lutte contre le Malthusianisme, lui qui plaçait le souci de l'emploi avant tout autre ;  son attachement à l'observation des faits et la volonté de participer à la formation économique des français le rapprochaient de Jean Fourastié. Pour lire l'hommage de Malinvaud à Alfred Sauvy, cliquez ici

    Lire la suite : Hommage à...

  • Quelques impressions autour d'un socialiste en liberté

    Michel Tardieu

    Alfred Sauvy était souvent considéré comme apolitique, mais il avait un penchant socialiste, un socialisme pragmatique, pas du tout idéologique, plutôt tendance mendésiste ou rocardienne. Il évoque un « socialisme en liberté », un socialisme de lumière qui ne tombe pas dans les dogmes et fasse appel au courage et évite la peur, car "c'est la peur de voir, la peur des faits,peur de la réflexion, peur des autres, peur de soi qui empêche tout." (Le socialisme en liberté, Denoël, 1970, page 406).

    Lire la suite : Quelques...

  • Michel Debré et la démographie

    Gérard François Dumont

    Durant toute sa vie politique, le rédacteur de la Constitution de 1958 aura combattu le risque d'affaiblissement démographique Pour lire l'article paru dans le n° 180 de la revue Espoir de l'été 2015, cliquez ici

    Lire la suite : Michel Debré...

  • Cout et valeur de la vie humaine selon Sauvy

    André Parant

    Comme le montre ici Alain Parant, en reprenant les analyses publiées il y a près de 40 ans par l’économiste et démographe français Alfred Sauvy, il est relativement aisé de déterminer le coût d’une vie humaine et d’en apprécier l’opportunité ou la « rentabilité » à différents âge (ce selon que l’on se trouve dans une économie stationnaire ou en croissance). Et s’il est plus difficile ou moins « politiquement correct » d’en déterminer la valeur, cette valeur existe de facto selon Alfred Sauvy, de par le traitement socio-économique qui est prodigué aux hommes à différentes périodes de leur vie, mais ne repose pas toujours sur les bons critères d’évaluation. Publié dans la revue Futuribles, n°404, janvier-février 2015  

    Lire la suite : Cout et...

  • Alfred Sauvy, ses enseignements sur le logement, le travail et le chômage

    Pierre Lepinoy

    En 1975, deux ans après le premier choc pétrolier et la fin des trente glorieuses, Alfred Sauvy, économiste, démographe, sociologue, professeur au Collège de France, dénonçait dans son livre « L’Economie du Diable » les contresens économiques qu’il sentait de plus en plus menaçants. Face à un nouvel environnement inconnu, et notamment à la montée du chômage, les Français inquiets, et les gouvernements de tous bords désemparés, étaient des proies faciles pour les marchands de solutions illusoires.

    Lire la suite : Alfred...

  • Le général de Gaulle, Alfred Sauvy et l’Institut national d’études démographiques (1945-1962)

    Gérard François Dumont

    L’Institut national d’études démographiques a été, selon le souhait du général De Gaulle, un lieu de réflexion et un instrument d’action de la politique familiale, au moins durant toute la période de 17 années (1945-1962) où son directeur a été Alfred Sauvy.

    Lire la suite : Le général...

  • Géopolitique et démographie

    Gérard François Dumont

    Les gouvernements comme les entreprises ne peuvent se permettre de méconnaître les évolutions démographiques" explique le recteur Gérard-François Dumont. Géographe, professeur à Paris-IV-Sorbonne, auteur de très nombreuses publications, il aime rappeler qu’il existe des interactions permanentes entre les populations en constante évolution et les configurations géopolitiques. D’où la nécessité d’embrasser les problématiques dans leur globalité, en faisant se croiser les savoirs....  

    Lire la suite : Géopolitique...

  • Hommages dans la revue Population et avenir

    Gérard François Dumont

    Le diagnostic de la France, à l’heure où débute un nouveau quinquennat présidentiel, n’indique pas un pays en santé éclatante. Ses atouts, qu’il s’agisse de la diversité de ses territoires ou de ses multiples innovateurs locaux, sont souvent méconnus, mésestimés, voire même parfois jugés négativement. Ses handicaps sont connus, qu’il s’agisse de l’illettrisme, du taux de chômage, de l’endettement ou du manque d’entreprises intermédiaires. Dans ce contexte, quelle pensée peut nous aider à mieux comprendre le présent et œuvrer pour l’avenir ? Une approche humaniste inspirée des travaux d’Alfred Sauvy ne serait-elle pas utile ? Population et avenir. N° 708. Mai-juin 2012 voir l'article  

    Lire la suite : Hommages...

  • Un texte d'Alfred Sauvy datant d'un quart de siècle : une source de stimulation intellectuelle

    Gérard François Dumont

    L’héritage d’Alfred Sauvy peut se résumer à une méthode scientifique mise auservice d’un fond qui se veut pédagogique et stimulant. Le texte de sa conférence sur le vieillissement prononcée le 8 décembre 1983 à Tunis1, par un Alfred Sauvy qui a alors 85 ans, en est la parfaite illustration. Paru dans Sciences et devenir N°56. 2008 voir l'article   Pour lire le texte d'Alfred Sauvy, cliquez ici

    Lire la suite : Un texte...

  • Les 10 points de la méthode d'Alfred Sauvy

    Gérard François Dumont

    Dès les années 1930, Alfred Sauwy choisit comme titre d'une  chronique une formule correspondant à la vocation de sa vie : " De la lumière" . La philosophie d'Alfred Sauvy est donc déjà arrêtée : De la lumière devrait être, dans une démocratie bien ordonnée le mot d'ordre de tous les partis, de droite ou de gauche.  La lecture des différentes publications d'Alfred Sauvy met en évidence le caractère très précoce de la méthode implicite qu'il pratique L'écho de Stan. Nov 2008 voir l'article

    Lire la suite : Les 10...

  • La connaissance est la liberté de l'homme

    Gérard François Dumont

    Chacun a le besoin de connaître l'état et les évolutions des populations des territoires où il vit, où il exerce ses responsabilités. Et, en outre, comprendre les changements qui modifient les territoires. C’est pourquoi « La connaissance est la liberté de l’homme. La refuser serait renoncer à être. » Population et avenir. N° 654. Septembre-Octobre 2001 voir l'article

    Lire la suite : La...

  • Alfred Sauvy, le socialisme et la famille

    Gérard François Dumont

    Tous ceux qui ont bénéficié de l'amitié d'Alfred Sauvy, qui aurait eu cent ans en 1998, savent que ses bulletins de vote étaient favorables aux candidats socialistes ou sociaux-démocrates. Enfant de la France profonde, sa simplicité l'éloignait de la suffisance d'une certaine bourgeoisie1 qui votait essentiellement à droite avant l'essor de ce qu'il est convenu d'appeler de façon péjorative "la gauche caviar".

    Lire la suite : Alfred...

  • Alfred Sauvy, le socialisme en liberté

    Gérard François Dumont

    La grande originalité de la pensée d'Alfred Sauvy est le refus de la théorie. Il s'en méfie comme de la peste, considérant que la seule démarche scientifique objective repose sur cette réalité : les faits sont têtus. C’est pourquoi il rejette un socialisme doctrinaire et prône un « socialisme en liberté ». Paru dans Panoramiques, n° 36, 4 ème trimestre 1998 Pour lire l'article, cliquez ici

    Lire la suite : Alfred...

  • Hommage à Alfred Sauvy

    Revue Population

    Numéro spécial de la revue Population parue en novembre-décembre 1992

    Lire la suite : Hommage à...

  • Dix problèmes de population en perspective

    CEPED

    Les faits démographiques mondiaux connaissent une évolution divergente entre un Nord, caractérisé par une uniformisation croissante et un Sud où les situations se différencient de plus en plus. Dans ce contexte, émergent dix problèmes de population majeurs pour les années à venir:

    Lire la suite : Dix...

  • Alfred Sauvy, le maitre que nous avons perdu

    Jacqueline Hecht

    Alfred Sauvy, le maitre que nous avons perdu Journées de l'INED  à la mémoire d'Alfred Sauvy le 14-15 janvier 1991 Pour lire le document

    Lire la suite : Alfred...

  • Alfred Sauvy, un véritable maitre

    Gérard François Dumont

    Bien qu'il soit conforme à la réalité, le titre ci-dessus ne plairait pas à Alfred Sauvy, dont la simplicité et la modestie lui faisait écarter le terme de maître (1990) voir l'article

    Lire la suite : Alfred...

  • Alfred Sauvy, l'homme des lumières

    Gérard François Dumont

    Montalba-le-Chateau, Pyrénées-Orientales, 23 août 1979. Dans cette maison à plusieurs niveaux, accrochée à une rude colline, Alfred et Marthe Sauvy m'accueillent avec ma famille et un couple ami. En sauvant cette demeure de la ruine, ils ont encouragé d'autres personnes à faire de même, et le village de Montalba-le-Château est revenu à la vie. Car Alfred Sauvy n'a jamais oublié ses racines catalanes (1990). voir l'article

    Lire la suite : Alfred...

  • Alfred Sauvy : le maître de vérité

    François de Closets

    Que mes bons maitres me pardonnent. Je n'ai retenu de toutes mes études universitaires qu'un seul cours : celui qu'Alfred Sauvy professait à Sciences -po. le magicien Sauvy démontait pour nous les pièges du jeu social et nous ramenait sans cette au réel. Il n'enseignait pas un savoir mais une sagesse. Comment oublier une telle leçon ! Sans que j'en eusse conscience, il me fit découvrir les plus rares disciplines intellectuelles : le respect des faits, l'indépendance d'esprit. Paru dans le numéro spécial de la revue population et avenir : Au revoir M Sauvy, septembre-octobre 1990 Pour lire l'article

    Lire la suite : Alfred Sauvy...

  • Alfred Sauvy ou le choix de la vie

    catherine cyrot

    Dire qu'Alfred Sauvy a marqué notre siècle serait peu : il est sans doute l'un de ces grands esprits dont on ne prend pas la mesure immédiatement. Depuis les années 30, son influence rayonne sur la vie intellectuelle, scientifique, sociale et politique française. Son histoire personnelle se confond avec le combat pour la vie et la natalité. A ce titre, il est difficile de ne pas effectuer un parallèle avec la mission que s'est don née !'Alliance Nationale Population et Avenir. Aussi est-il opportun que notre revue lui consacre un numéro spécial. Paru dans le Numéro spécial de la revue Population et avenir, n°591 de décembre 1988

    Lire la suite : Alfred Sauvy...

  • Trois façons de voir une oeuvre qui dérange ou les leçons d'Alfred Sauvy

    catherine cyrot

    Nous l'avons brièvement signalé dans notre précédent numéro : Alfred Sauvy a reçu  en mai dernier , le grand prix de l'Académie des sciences morales et politiques, distinction couronnant l 'ensemble de son œuvre.Une œuvre qui méritait bien, en effet, cet hommage, et qui, si elle touchait plus largement l'opinion, éviterait les déboires que coûtent tôt ou tard les illusions. La réalité  n'interdit  pas l'espoir, simplement elle le subordonne à l'effort. Tout au long d'une carrière commencée dans les années trente , comme statisticien au ministère des Finances , et au cours de laquelle il a notamment fondé et dirigé l'l.N.E.D ., Alfred Sauvy a écrit quantité d'articles et une quarantaine de livres : Richesse et population..., Mondes en marche..., en passant par ... Humour  et politique.Pour évoquer cette œuvre si diverse, nous avons sollicité plusieurs points de vue. Regards d'hommes qui ont travaillé auprès de lui et beaucoup fréquenté ses écrits. Ainsi nous associons-nous à l'hommage aujourd'hui rendu, tant à l 'homme qu'à l'œuvre. Avec les témoignages : L'informateur par Michel Louis Levy, Un prince de la logique par Pierre Longone, Le vieillissement et son prophète par Pierre Paillat Paru dans la revue Projecteur en aout 1984    

    Lire la suite : Trois façons...

Etudes et témoignages sur Jean Fourastié

  • La prospérité de masse, d'Edmund Phelps

    Johan Rivalland

    Edmund Phelps, le prix Nobel d’économie 2006 s’interroge, dans ce passionnant ouvrage, sur ce qui peut expliquer le développement inédit d’une forte croissance au XIXe siècle, ayant mené à de fortes hausses de salaires et de l’emploi et une amélioration très nette des conditions de vie… Et surtout, dans la parfaite lignée des questionnements actuels des économistes, il se demande ce qui peut expliquer que l’élan puissant vers cette prospérité se soit progressivement tari au cours du XXe siècle. Ce qui lui permet d’explorer les voies permettant d’y remédier. Une démarche d’explication du réel que l’on retrouve chez d’autres esprits brillants et non conformistes, à l’instar de Jean Fourastié en France, dont nous avons eu l’occasion de présenter brièvement l’approche très méticuleuse basée sur l’observation et les séries statistiques plutôt que sur les préjugés. Une vision à la fois rétrospective et prospective, qui permet de mieux prendre la mesure du réel et des mentalités humaines. Et qui, par le jeu des transformations économiques et sociétales radicales qu’a connues notre pays, aboutit finalement à ce que l’homme, avec sa relative richesse matérielle, se trouve désemparé sur le plan moral, n’ayant plus de représentation du monde, ni de sa dimension tragique. Pour lire l'article dans la revue Contrepoint, cliquez ici Un état d’esprit à même de venir expliquer l’état dans lequel se trouve aujourd’hui notre pays, tel que le dresse de manière intéressante l'article récent de Jean-Marc Vittori que je cite, dont je vous invite au moins à visionner la courte vidéo.

    Lire la suite : La...

  • Our Current 'Secular Stagnation' as Expected by Jean Fourastié, 1949

    David Le Bris, Alain Alcouffe

    Plusieurs articles du Monde et du Figaro ont fait état, dans les années 2014 et 2015 des prévisions de Jean Fourastié sur la croissance. Jean Fourastié prévoyait, dès 1949, une période « transitoire » où le progrès technique engendrerait une forte croissance et le déplacement de l’activité de l’agriculture (primaire) vers l’industrie (secondaire), puis une saturation de la consommation dans ces deux secteurs et un report vers le tertiaire où la productivité est fable ou nulle et l’appétit de consommation quasi-illimité : il n’y aurait plus alors de croissance. Voici le travail de recherche de deux chercheurs de l’Université de Toulouse, David le Bris et Alain Alcouffe qui montrent que ce que prévoyait Jean Fourastié en 1949 se trouve réalisé (avec une réserve : Jean Fourastié pensait que les déplacements de population active pourraient se faire presque sans chômage !)   Pour lire l'article 

    Lire la suite : Our Current...

  • L'économiste visionnaire

    Jean Cazeneuve, membre de l'Institut

     Au lendemain du décès de Jean Fourastié, voici ce qu’écrivit Jean Cazeneuve (Le Figaro, 28 juillet 1990).   L'économiste, philosophe et sociologue Jean Fourastié est décédé le 25 Juillet dans le Lot à l'âge de quatre-vingt-trois ans. Ses obsèques ont eu lieu hier, dans la plus stricte intimité. Né le 15 avril 1907 à Saint-Bénin dans la Nièvre, Jean Fourastié était membre de l'Institut, où il fut élu en 1968 à l'Académie des sciences morales et politiques, assemblée prestigieuse qu'il présida à son tour en 1979. De 1966 à 1982, il avait régulièrement entretenu les lecteurs du Figaro sur l'avenir économique de la France et son dernier article qu'il avait daté de l'an 2008 offrait une analyse des premiers mois du septennat de François Mitterrand, tels que les historiens les décriront dans un quart de siècle.

    Lire la suite : L'économiste...

  • Jean Fourastié et les trente glorieuses

    Jean Marc Daniel

    Dans le Monde du 14 juin 2004, Jean-Marc Daniel, professeur à l'ESCP-EAP, avait profité d’un rapport du Conseil d’Analyse Économique pour montrer l’actualité de Jean Fourastié.       LE CONSEIL D'ANALYSE ÉCONOMIQUE vient d'adopter les conclusions d'un rapport intitulé « Croissance et productivité », unanimement salué pour sa qualité. Un des mérites de ce rapport est de rappeler que la croissance économique repose fondamentalement sur la mobilisation du travail et sur l'amélioration de son efficacité par le progrès technique, ce que l'on appelle l'augmentation de la productivité. Ce constat, d'autres l'avaient fait avant lui, notamment Jean Fourastié.

    Lire la suite : Jean...

  • L'inventeur des trente glorieuses

    Béatrice Bazil

     Dans le Figaro du 23 novembre 1994, Béatrice Bazil a présenté Jean Fourastié entre deux mondes, le livre posthume de Jean Fourastié, auquel elle avait collaboré. Elle avait auparavant écrit avec Jean Fourastié deux ouvrages : Pourquoi les prix baissent et Le jardin du voisin.      « Dès les environs de 1940, j'avais ma ligne de recherche, que je pense innée : la condition humaine (…) Je découvrais I’information existante au hasard des circonstances familiales et professionnelles ».

    Lire la suite : L'inventeur...

  • Retrouver Fourastié

    Pierre Drouin

    JEAN FOURASTIÉ ENTRE DEUX MONDES : Mémoires en forme de dialogue avec sa fille Jacqueline     Dans Le Monde du 25 novembre 1994, Pierre Drouin annonçait ainsi le livre de Mémoires :      Les «trente glorieuses ». Elles sont passées sous ce panache dans le langage courant, ces années d'après-guerre qui ont brillé d'un rare éclat économique. Peu de ceux qui évoquent cette croissance à toute vapeur de la France savent que c'était là le titre d'un livre de Jean Fourastié, édité en 1979 (Fayard). Les connaisseurs citeront aussi de mémoire Le Grand Espoir du vingtième siècle (PUF), Machinisme et bien-être (éd. de Minuit), et les Quarante Mille Heures (Gonthier-Laffont). Or, cet auteur, disparu en 1990, a publié une cinquantaine de livres. Il a laissé une trace profonde non seulement dans la pensée économique, mais dans l'histoire du Plan français, à Sciences-Po, à l'École pratique des hautes études, au Conservatoire national des arts et métiers où il enseigna.

    Lire la suite : Retrouver...

  • Ces lointaines trente glorieuses

    David Le Bris

    Depuis quarante ans, nos gouvernements successifs rêvent de renouer avec la croissance des « trente glorieuses » (1945-1973), tel un âge d’or inlassablement évoqué. Jean Fourastié (1907-1990) a forgé ce terme dans un livre publié il y a tout juste trente-cinq ans, intitulé Les Trente Glorieuses ou la Révolution invisible (Fayard, 1979), pour désigner le progrès accompli sans heurt qu’il oppose aux vaines agitations politiques telles les Trois Glorieuses journées de juillet 1830. L’économiste dénonce « l’idée dominante que c’est par la revendication que le peuple obtient le progrès social, lequel serait arraché à une minorité qui en jouissait abusivement ». Paru dans Le Monde du 7 juin 2014

    Lire la suite : Ces...

  • Des trente glorieuses aux trente cagneuses

    Pierre Drouin

    « Le Monde » a publié à sa parution, en 1979, une critique de l’ouvrage de Jean Fourastié, Les Trente glorieuses ou la Révolution invisible. Le journal Le Monde l'a publié à la suite de l'article de David Le Bris ci-dessus. L'ouvrage de Jacques Marseille, La guerre des deux France, prix Jean Fourastié 2005, affirmait que les trente années qui ont suivi les "trente glorieuses" ont également été glorieuses ; elles ont permis une forte élévation du niveau de vie en France.   Extraits du  Monde du 21 mars 1979 parus dans le Monde du 7 juin 2014

    Lire la suite : Des trente...

  • Histoire de l’Espagne, des guerres napoléoniennes à nos jours

    Benoit Pellistrandi

    Dans son dernier ouvrage (31 octobre 2013), Histoire de l’Espagne, des guerres napoléoniennes à nos jours (Perrin), Benoît Pellistrandi, spécialiste reconnu, rend hommage à Jean Fourastié et annonce que l’Espagne a eu ses Trente Glorieuses, plus tard que la France, mais aussi réellement. Nous citons quelques passages de ce livre.  Si cet aspect de l'Espagne contemporaine est sans doute l'un des plus passionnants parce qu'il mobilise la mémoire, le discours et les symboles, se concentrer uniquement sur lui reste dangereusement réducteur. Car après 1939, l'Espagne ne s'est pas figée. Elle a emprunté une voie différente de celle qu'avaient pensée et espérée les républicains et les progressistes.

    Lire la suite : Histoire de...

  • Jean Fourastié, apôtre de la productivité. Dire et administrer le progrès

    Christophe Bonneuil, Céline Plessis, Sezin Topcu

    Croissance et progrès scientifiques ont alimenté la prospérité de la France entre 1945 et 1975. Les Trente Glorieuses apparaissent comme un mythe indéboulonnable. Ce modèle de société industrielle et technologique permet le développement de la civilisation des loisirs et de la consommation. Des politiciens de gauche et d’extrême gauche aux intellectuels, un regard émerveillé est porté sur ce modèle fordiste de production industrielle et de consommation de masse.

    Lire la suite : Jean...

  • Les 40 000 heures : préface

    Jean Louis Harouel

    Les quarante mille heures est un ouvrage de Jean Fourastié, paru en 1965, et rédité en 2007 aux éditions de l'Aube avec une préface de Jean-Louis Harouel reproduite ici. Les 40 000 Heures ont quarante ans. Pour autant, ce livre reste d'une étonnante jeunesse. I1 est plus que jamais d'actualité, tant les problèmes qu'il pose sont actuels: durée du travail, niveau de vie et genre de vie, mutations de la condi­tion humaine sous l'effet du progrès technique, conséquences de celui-ci sur le cadre de vie, sur l'environnement, etc.

    Lire la suite : Les 40 000...

  • Introduction de l'anthologie, Productivité et richesse des nations

    Jean Louis Harouel

    Evoquant l'année 1946 où il était en train de créer le Commissariat au Plan, Jean Monnet rapporte dans ses Mémoires : « Je ne rencontrai pas à Paris, à l'exception de Sauvy et de Fourastié, d'hommes capables de prendre une vue d'ensemble de la situation économique française. »

    Lire la suite : Introduction...

  • Contributions à la pensée de Jean Fourastié

    catherine cyrot

    - Le «modèle français» a-t-il jamais réellement existé, ne serait-il pas plutôt le mirage de notre propre nostalgie ? En ces temps de doute et de déréliction, voici une réponse simple et forte : les Trente Glorieuses. Paru dans le Figaro du 28 novembre 2005 Ses prévisions s'étant réalisées sont devenues des évidences... par Gérard MOATTI Paru dans les Echos du 15 décembre 2005 - Une pensée économique à redécouvrir d'urgence par Jean Louis Harouel, Paru dans le Figaro du 10 janvier 2006 - Jean Fourastié, l'arpenteur de l'économie réelle par Albert Merlin. Paru dans les Echos du 24 novembre 2007  

    Lire la suite : Contributions...

  • Jean Fourastié, les 30 glorieuses par Jacques Bolo

    Jacques Bolo

    Le livre de Jean Fourastié : Les Trente glorieuses ou La révolution invisible de 1946 à 1975 (ed. Fayard, Paris, 1979. Réédition : coll. « Pluriel », Le Livre de poche, 1980, 288 p.) montre la réalisation de la fin de la précarité économique dans la période de l'Après-guerre. Sa démarche restitue la réalité économique derrière les statistiques sur une base de comparatisme historique. Devant le désenchantement qui persiste, Fourastié cèdera lui-même à un inégalitarisme qui annonce les dérives actuelles de l'économie financière, et qui peut expliquer l'absence de postérité que méritait pourtant son approche empirique méthodologiquement essentielle. Paru dans dans la revue Exergue en juillet 2011 Pour lire la réponse de Jacqueline Fourastié

    Lire la suite : Jean...

  • Jean Fourastié, un expert en comptabilité

    Régis Boulat

    Qui ne connait pas Jean Fourastié, auteur de la formule des “Trente Glorieuses” et de plusieurs essais économiques grand public qui, en décrivant les mécanismes économiques de long terme, ont dévoilé aux Français le sens et la portée des transformations que leur pays connait après la guerre ?

    Lire la suite : Jean...

  • The european way to productivity

    Régis Boulat

    « La via europea alla produtività : Jean Fourastié tra piano Monnet e piano Marshall 1945-1953 », Imprese e Storia, n°39, 2010, p. 9-39. Pour en savoir plus

    Lire la suite : The european...

  • Comment retrouver croissance et emploi

    Comité Jean Fourastié

    Préparé à l’occasion du centenaire de la naissance de Jean Fourastié, cet ouvrage démontre que la méthode qu’il employait reste d’actualité. Les auteurs s’adressent à tous ceux qui cherchent comment tirer parti du progrès technique pour sortir de la stagnation économique et du chômage. Ils donnent des pistes concrètes pour retrouver de la croissance, améliorer le pouvoir d’achat, les revenus et l’emploi

    Lire la suite : Comment...

  • Jean Fourastié un expert en productivité

    Régis Boulat

    À partir de 1945, alors qu'il s'agit de reconstruire et de moderniser l'économie afin de rattraper les hauts niveaux de vie américains, la notion de productivité s'impose comme le nouveau mètre-étalon de la puissance française. Cette consécration est le fruit d'un long processus qui a associé plusieurs groupes d'acteurs aux préoccupations différentes. Après avoir guidé l'action des ingénieurs et des patrons de l'entre-deux-guerres et fait l'objet de réflexions théoriques de la part de statisticiens et d'économistes pendant l'Occupation, la productivité devient un discours mobilisateur grâce au « Bataillon Sacré de la productivité » animé par Jean Fourastié.

    Lire la suite : Jean...

  • Un jeune centenaire

    Philippe Arnaud

    On lui doit l'expression les « trente glorieuses ». Rien qu'à ce titre, Jean Fourastié (1907-1990) a sa place au Panthéon des économistes. Cette anthologie, publiée en vue de la célébration de son centenaire en 2007, rassemble des extraits de ses principaux ouvrages, parmi lesquels Les Trente Glorieuses ou la révolution invisible de 1946 à 1975 (Fayard, 1979), Machinisme et bien-être (Minuit, 1969), La Civilisation de 1960 (PUF, coll. « Que sais-je ? », 1974), ou encore Pourquoi les prix baissent ? (Hachette, coll. « Pluriel », 1984), dont certains ne sont plus disponibles en librairie. Paru dans le journal Le Monde du 22 novembre 2005

    Lire la suite : Un jeune...