jean fourastie

Actualités d'Alfred Sauvy

Actualités de Jean Fourastié

  • Pour en finir avec le cliché de la génération simplifiée

    Hipolytte d'Albis

    Dans Le Monde du 29 mars, 2017 , Hipolytte d'Albis reprend des thèmes chers à Jean Fourastié ; avec lui, il acte le fait que la génération actuelle a un niveau de vie bien plus élevé que les générations précédentes. Il cite :   On oublie que le sous-titre des Trente glorieuses, le célèbre ouvrage de Jean Fourastié, paru en 1979, était « La révolution invisible ». L’auteur commençait d’ailleurs son livre par la comparaison très éloquente du même village à trente ans d’intervalle. Près de quarante ans après Fourastié, on pourrait reprendre le même procédé pour rendre compte de notre persistante incapacité à percevoir les changements du monde dans lequel nous vivons. Pour lire l'article du Monde,cliquez ici

    Lire la suite : Pour en ...

  • Jean Fourastié et Alfred Sauvy, visionnaires de la Modernité

    Régis Boulat

    Le Vendredi 10 février 2017 au  séminaire, Les promoteurs d’une idéologie progressiste, les « visionnaires de la modernité » d'Alexandre Moatti, Régis Boulat, de l'université de Haute-Alsace a fait un exposé sur :  Jean Fourastié et Alfred Sauvy, deux visionnaires de la modernité  Notes prises par Claude Gormand    Né en 1898, Alfred Sauvy fait ses études secondaires au Lycée François-Arago à Perpignan, puis au Collège Stanislas de Paris.

    Lire la suite : Jean...

  • Trop de paysans en 1949 ?

    Jean Fourastié

    France culture donne dans les "nuits de France Culture" la possibilité de d'entendre des émissions anciennes. Le 7 mars 2017, cette chaîne a retransmis une émission du 27 janvier 1949. Jean Fourastié ne s'est pas exprimé là aussi clairement que dans le Grand espoir du XXe siècle, qu'il avait rédigé en entier puisqu'il est sorti au premier trimestre 1949 et que l'émission est de janvier 1949 ! Il avait montré que, sous l'influence du progrès technique, la production agricole continuerait à augmenter et qu'il suffirait de moins d'hommes pour produire davantage. La population agricole diminuerait proportionnellement dans la population active, au bénéfice de l'industrie, et celle-ci diminuerait proportionnellement à son tour, pour donner place à une civilisation à prépondérance tertiaire. C'est ce qui s'est produit. Pour écouter l'émission

    Lire la suite : Trop de...

  • Les quatre faiblesses éternelles de la France

    Jean-Marc Vittori

    Dans les Echos du 9 janvier 2017 Jean-Marc Vittori se réfère aux prédictions de Jean Fourastié sur la croissance en France. Jean Fourastié affirmait dans Les Trente Glorieuses (écrites en 1979) (voir sur le site : La fin des temps faciles) que la croissance ne pouvait se poursuivre indéfiniment : "Les temps faciles sont interrompus depuis 1973, et pour une durée assez longue [..].l'Occident ne connaîtra plus, d'ici plusieurs lustres, un progrès économique comparable à celui qu'il vient de vivre pendant ce quart de siècle"  Mais en même temps, il montrait comment la France pourrait se situer dans un meilleur rang par rapport aux autres nations si elle surmontait les quatre faiblesses qui sont reprises par Jean-Marc Vittori.

    Lire la suite : Les quatre...

  • Un article de David Le Bris et Alain Alcouffe

    Jacqueline Fourastie

    Selon Jean Fourastié, dès 1949, une période « transitoire » s’ouvrait : avec  le progrès technique viendrait une forte croissance et l’activité de l’agriculture (primaire) se déplacerait vers l’industrie (secondaire). Ces secteurs saturés, l’activité s’orienterait vers le tertiaire où la productivité est faible et l’appétit de consommation quasi-illimité. La période transitoire terminée, il n’y aurait plus de croissance, mais un niveau de vie élevé.Chercheurs à l’Université de Toulouse, David le Bris et Alain Alcouffe montrent que ce que prévoyait Jean Fourastié est réalisé. Leur passionnant article, Our Current ‘Secular Stagnation’ as Expected by Jean Fourastié, 1949, en lien sur : http://www.fourastie-sauvy.org/reference/etudes-et-temoignages est un résumé excellent et actuel de la pensée économique de Fourastié.

    Lire la suite : Un article...

  • Le prix réel d’un voyage Paris-Londres

    Claude Gormand

    Claude Gormand a effectué un certain nombre de relevés de prix qui figurent dans la rubrique "Statistiques de prix" du présent site. Il livre ses réflexions récentes sur le prix du voyage Paris-Londres et souligne en même temps combien il est difficile de connaître les prix.   En feuilletant le livre de Jean Fourastié, L’Évolution des prix à long terme, on découvre avec étonnement et enthousiasme les tarifs de Paris-Londres en avion de 1919 à 1960. Cette liaison était considérée comme significative, car, à cette période, le moyen le plus rapide pour  traverser la Manche et rejoindre Londres (et inversement) était la ligne aérienne, même si, de 1956 à 1980, un service de la SNCF, « la Flèche d’argent », a relié Paris et Londres en combinant le train (de la gare du Nord à l'aéroport du Touquet  et l'avion (vers Londres Gatwick, Southamton ou South end) ; il a concurrencé cette liaison aérienne de 1972 à 1980.

    Lire la suite : Le prix réel...

  • D'une France à une autre, de Jean et Jacqueline Fourastié

    Johan Rivalland

    Johan Rivalland a l'ambition d'aider les jeunes à mieux connaître le passé. Il enseigne le marketing et l'histoire de la pensée économique en BTS et en IUT. Connaître le passé permet d'acquérir des repères, de faire des comparaisons... Il analyse "D'une France à une autre", le dernier ouvrage économique de Jean Fourastié, qui résume sa pensée et montre l'évolution fulgurante de la France depuis deux ou trois siècles. Pour lire l'article

    Lire la suite : D'une France...

  • Salariat et syndicat : les passions rivales

    Jean-Baptiste Noé

    Dans l’Opinion du 14 avril 2016, Jean-Baptiste Noé fait un rapide et historique du salariat ; c’est au XVIIIe siècle que la plupart des travailleurs ont cessé de travailler la terre ou d’être artisans indépendants.et sont devenus salariés dans les entreprises qui se créaient. Aujourd’hui le salariat va de nouveau tendre à disparaître ! Les syndicats défendent le salariat et gardent l’idée que le patron détient un profit injuste et qu’il faut l’obliger à verser un salaire décent. Jean-Baptiste Noé fait appel à Jean Fourastié pour montrer que ce qui permet la hausse des salaires et la diminution du temps de travail, et donc l’élévation du niveau de vie, c’est l’augmentation de la productivité qui permet de produire davantage. Pour lire l’article 

    Lire la suite : Salariat et...

  • Jean Fourastié, ce libéral injustement méconnu

    Johan Rivalland

    En mars 2016, Contrepoints a publié un article du Professeur Johan Rivalland qui présente l’actualité de Jean Fourastié en se basant sur le DVD « Du Grand Espoir aux Trente Glorieuses », dont un extrait figure sur le présent site  et qui est en vente au comité Jean Fourastié. Nous remercions Johan Rivalland de nous avoir autorisés à créer un lien avec son article. Nous nous réjouissons que de jeunes professeurs se servent de la pensée de Jean Fourastié pour faire comprendre l'économie à leurs élèves. Pour lire l'article 

    Lire la suite : Jean...

  • Des livres récents sur «Les Trente glorieuses»

    Jacqueline Fourastié

    Deux ouvrages ont repris cette expression dans leur titre et traitent de cette période. Un livre très récent : Dominique Lejeune, La France des Trente Glorieuses, 1945-1974, Armand Colin, juin 2015, et un autre plus ancien auquel nous avions déjà fait une place sur le présent site : Une autre histoire des « Trente glorieuses », Modernisation, contestations et pollutions dans la France d’après-guerre, La Découverte, août 2013.   Il s’agit d’ouvrages sérieux et documentés. Dominique Lejeune est professeur d’histoire, docteur ès-lettres ; les contributeurs du second ouvrage, publié avec le concours du CNRS sont pour la plupart des universitaires, chercheurs en histoire. L’un et l’autre livres permettent de connaître davantage la période qui a suivi la guerre de 1939-45 et se lisent avec passion.

    Lire la suite : Des livres...

  • Le capitalisme, facteur de progrès social

    Jean-Baptiste Noé

    Jean-Baptiste Noé a consacré un article dans L'Opinion, le 30 avril 2015, à Jean Fourastié, intitulé : Le capitalisme, facteur de progrès social. Jean Fourastié n'aurait pas signé le titre, car s'il avait écrit "Progrès technique, progrès économique, progrès social" en en tête du Grand Espoir du XXe siècle (1949), il voyait le progrès social comme conséquence générale du progrès économique, avec des transferts de population active - parfois douloureux - qui aboutissent au tertiaire, donc pas tellement au capitalisme qui est caractéristique du secondaire : il n'y a vraiment progrès social que s'il y a des transferts de population active… Mais Jean Fourastié aurait été heureux d'être si bien compris ! Lire l'article : Le capitalisme, facteur de progrès social

    Lire la suite : Le...

  • Les Trente glorieuses dans l'actualité

    Jacqueline Fourastie

    Les articles placés sur le présent site vont au-delà de l’usage maintenant courant des mots «Trente glorieuses».Dans le Figaro du 25 novembre 2014, Jean-Pierre Robin montre que la crise  n’est pas derrière nous et rappelle que, pour Jean Fourastié, la croissance n’est pas indéfinie.  (Pour lire l'article paru dans le Figaro du 25 novembre 2014, cliquez ici)     Dans le Monde du 7 juin 2014, David Le Bris analyse remarquablement l’ouvrage de Jean Fourastié et ajoute : « Dès 1949, Jean Fourastié prévoit l’importance mais aussi le caractère transitoire de cette phase de croissance. Les trente glorieuses ne sont qu’un intermède entre deux périodes de stabilité ».  (Paru dans Le Monde du 7 juin 2014)    Sur la même page du Monde, un article de Pierre Drouin, repris de 1979, prévoyait que les Trente glorieuses seraient suivies de « Trente cagneuses ». Jean-Pierre Robin, après notamment Jacques Marseille, montre que pendant ces années et jusqu’en 2007, le progrès a été seulement plus lent.  (Extraits du  Monde du 21 mars 1979 parus dans le Monde du 7 juin 2014)   Jean Fourastié n’aimait pas la théorie des cycles ; il annonçait, après la croissance, une reprise de la stabilité, avec un niveau de vie élevé. Cette stabilité est-elle en train de s’amorcer ? Approchons-nous d’une situation où la croissance sera faible ou nulle ?

    Lire la suite : Les Trente...

  • La France est elle condamnée à la crise perpétuelle ?

    Jean Pierre Robin

    Dans cette chronique du Figaro, Jean-Pierre Robin met en cause la manière dont on parle de « crise ». Il rappelle que Jean Fourastié a nommées « Trente glorieuses » les années de l’après-guerre et qu’il en annonçait la fin, car la croissance ne peut être indéfinie.Pour lui, il est vain d’attendre la fin de la « crise » qui ne fait peut-être que commencer. Rappelons que Jean Fourastié n’était pas adepte de la théorie des cycles, et qu’il annonçait, dès 1949, une période « transitoire » de forte croissance, suivie d’une reprise de la stabilité, avec un niveau de vie bien supérieur. Cette période de stabilité est-elle en train de s’amorcer ? Pour lire l'article paru dans le Figaro du 25 novembre 2014, cliquez ici

    Lire la suite : La France...

  • Les Français se croient malheureux, donc ils le sont

    Albert Merlin

    Albert Merlin, vice président de l'institut PRESAGE se demande pourquoi le pessimisme des français ; dans une analyse très fourastienne, il l'attribue au fait que : nos compatriotes pratiquent moins l'observation des faits que la connaissance par oui dire, d'où la persistance d'idées fausse, dont la première, "c'était mieux ailleurs". Pour la contrer, il reprend le texte de Jean Fourastié qui confronte la vie pénible de Marie, née au début du siècle avec celle de Séverine, jeune fille d'aujourd'hui (pour lire le texte de Fourastié, cliquez ici). L'analyse de l'impact ds chocs venus de l'extérieur, et celui des inégalités complètent cet article. Pour lire l'article, cliquez ici Paru dans La Croix du 1er juillet 2014

    Lire la suite : Les Français...

  • A propos d'iconomie

    Jean Pierre Chamoux

    En mars 2014, Jean-Pierre Chamoux a publié cette "note de lecture" à propos de l'iconimie, vue par Michel Violle ; il y fait beaucoup d'allusions à Jean Fourastié.   En synthèse, si notre cerveau relayait vraiment notre main pour concevoir et pour conduire la production, nous retrouverions les gains de productivité qui nous manquent pour retrouver la croissance que nous avons perdue depuis la fin des "trente glorieuses", si chères à Fourastié. Je viens d'invoquer une filiation évidente avec Fourastié, non cité par Volle mais dont les œuvres on laissé des traces manifestes . L'effet bénéfique du progrès technique sur le bien-être, cœur de l’œuvre de Fourastié, est ici utilement rappelé.

    Lire la suite : A propos...

  • Jean Fourastié, la productivité et la modernisation de la France dans les années cinquante

    Régis Boulat

    «  Jean Fourastié, la productivité et la modernisation de la France dans les années cinquante », Paru dans Gestion et finances publiques, n°3-4, mars-avril 2010, p.250-254. (pdf demandé à R Boulat)  

    Lire la suite : Jean...

  • Réhabiliter la productivité

    Albert Merlin

              Albert Merlin, Vice-Président de l'institut Presaje, a publié dans Les Échos du 29 juillet 2010 un article qui montre que la productivité, dont Jean Fourastié annonçait les conséquences, est toujours d’actualité.   Face à la crise, les idées ne manquent pas. Mais où sont passés les concepts de base, parmi lesquels celui de productivité ? Le terme même figure-t-il au nombre des mots doux que s'échangent Angela Merkel et Nicolas Sarkozy ? Pourtant, la productivité reste notre sève, seule capable d'enclencher la création de richesses et, par là, d'assurer durablement l'équilibre de nos finances. Qui s'y intéresse ? Sûrement pas les instituts de sondage, et les médias pas davantage. Il y a quelques exceptions : Strauss-Kahn dans les cercles politiques, Michel Aglietta dans le monde des experts, plus quelques non-conformistes. Mais il n'y a pas foule.  

    Lire la suite : Réhabiliter...

  • Le paradigme de la Clio : relisons Jean Fourastié

    Benoît Meyronin

    Benoît Meyronin, professeur à l’Ecole de management de Grenoble et directeur R&D de l'Académie du service (groupe Accor) a saisi l’occasion de la délocalisation de la production de la Clio pour retrouver comment Jean Fourastié prévoyait, depuis 1949, l’évolution de l’emploi vers le tertiaire. Paru dans La tribune, le 20 janvier 2010.             Mercredi 13 janvier 2010, les journaux se sont fait l'écho d'un projet de délocalisation en Turquie de la production de la Clio IV. Le numéro deux de Renault a été "convoqué" par le ministre de l'Industrie, sommé de s'expliquer et, surtout, de faire marche arrière. Samedi, au tour du président de l'alliance Renault-Nissan Carlos Ghosn d'être reçu à l'Elysée par Nicolas Sarkozy. Et voilà reparti le vieux débat sur les délocalisations et la désindustrialisation de la France, etc. En ces heures troublées, dans un pays qui compte déjà plus de 75% de ses emplois dans les secteurs relevant du tertiaire, une relecture de Jean Fourastié semble s'imposer.

    Lire la suite : Le paradigme...