jean fourastie

Textes de Sauvy

L'évolution de l'immigration en France ces dernières années - de 1974 à 1980 - peut-elle se comparer à celle des années 1930 ? Les décisions prises aux deux époques par les gouvernements respectifs peuvent-elles être rapprochées ?

Une rencontre avec  M. Alfred Sauvy, fondateur de l'INED et représentant de la France à la Commission de la Population des Nations-Unies

paru dans la revue Population et avenir, n° 554, mai-juillet 1981

Le problème des vieux ne date certes pas d’aujourd’hui, et il est sans doute très vieux lui-même. Déjà, dès les temps préhistoriques, les hommes essayaient d’utiliser les vieux le mieux possible, demandant à ceux-là mêmes qui n’avaient pas assez de forces physiques de « raconter des histoires ». Vous voyez que cela n’a guère changé aujourd’hui.

Texte publié en février 1985 dans le Cahier du m.u.r.s. n° 02 , suite à la conférence prononcée par M. Alfrerd SAUVY le 8 décembre 1983, au cours d’un séminaire sur le vieillissement qui s’est tenu à Tunis (Tunisie).

Pour lire l'article cliquez ici

Dans le lot, fort ·imposant, de préjugés et de sophismes, qui touche une forte partie de l'opinion, figure l'idée selon laquelle le  chômage résulte d'un excès de  nombre,  donc d'un excès de natalité  et  pourrait être résorbé par une baisse de cette natalité.
Regardons de plus près : les pays qui   ont  ·le  plus  de  chômeurs   sont précisément   les  moins  peuplés,  le Canada  et les  Etats-Unis, riches en ressources  naturelles . Au  contraire, la Suisse, l'Autriche, dont la population  dépasse   nettement  les  possibilités que semblent  suggérer  les ressources  naturelles  ont  un  pourcentage de chômeurs très réduit.


Pour lire l'article publié dans population et avenir, n°548 de mars-avril 1980, cliquez ici

De son vivant,Alfred SAUVY a beaucoup contribué à limiter les ravages de la désinformation. Il avail un humour corrosif, et une façon bien à lui de remettre les choses en place. Les spécialistes de l 'intoxication ne s'y frottaient pas. Ils ont donc prudemment attendu pour cracher leur venin : Alfred SAUVY est tombé malade en mars 1990 ; c'est le mois suivant ques'est ouverte la mauvaise querelle des indices.
Nous avons retrouvé, dans les Actes d'un colloque de l'A.P.R.D., tenu à Meudon (L'Enjeu démographique, Editions de l'APRD, Paris 1981), Un texte d'Alfred SAUVY qui reste d 'une actualilé surprenante. Nous en publions ci-dessous de larges extraits.

Pour lire le texte, cliquez ici

Alfred Sauvy analyse ici le rapport du Club de Rome paru en 1971

Il insiste sur ce qui lui parait essentiel, le déficit croissant de protéines en Asie du Sud-Est qui repose sur un postulat, la production régionale de protéines jusqu'en 2025. Elle repose sur deux inconnues, la croissance de la population et celle de la production agricole. Elle met en avant le risque de famine aigùe en Asie du Sud-Est. Le second péril est l'intoxication progressive de l'atmosphère sur lequel le second rapport du club de Rome met trop peu l'accent.et le réchauffesment climatique qu'il va entraîner.

Paru dans la revue Dirigeant, n°58, février 1975

Pour lire l'article d'Alfred Sauvy, cliquez ici

Alfred Sauvy aborde ici les conséquences du vieillissement de la population en s'appuyant sur deux moyens classiques, le raisonnement et l'expérience. Partout, au vu de l'expérience, le vieillissement entraîne échec, déclin et même chute définitive. Elle entraîne, révolte des jeunes, laxisme et autoanalgésie.

Paru dans Après demain, n° 220, janvier 1980

Pour lire le texte d'A Sauvy

Texte publié suite à la conférence prononcée par M. Alfrerd SAUVY le 8 décembre 1983, au cours d’un séminaire sur le vieillissement qui s’est tenu à Tunis (Tunisie).

Référence est J241-1156 « Un texte d’Alfred Sauvy datant d’un quart de siècle : toujours une source de stimulation scientifique », Sciences & Devenir - Les Cahiers du M.U.R.S (Mouvement universel de la responsabilité scientifique), n° 56, 2008.

Pour lire le texte d'Alfred Sauvy, cliquez ici

Pour lire l'analyse qu'en fait Gérard François Dumont, cliquez ici

Pour traiter du thème d'actualité retenu par le Conseil d'Administration du 12° congrès national à Perpignan en 1989, "Europe jeune, Europe de vieux" Nous avons fait appel à un spécialiste de renommée mondiale : Alfred Sauvy, professeur honoraire au Collège de France, statisticien, économiste, sociologue, pour qui la démographie n'a pas de secret.

12 ° congrès national Perpignan, juin 1989

voir l'article

Une étude sensationnelle
En raison de la nouveauté et de l'importance exceptionnelle des travaux faits pour l'Alliance nationale par M. Sauvy, nous leur consacrons la plus grande partie dece numéro de notre revue et attirons sur eux tout spécialement l'attention de nos lecteurs

Alliance contre la dépopulation. 1932

voir l'article

Alliance contre la dépopulation. 1934

voir l'article

Tête à tête Sauvy Devos

L'express. 20-26 juillet 1984

voir l'article

L'accroissement du nombre de milliards d'habitants sur la terre n'est pas un mal en soi. Le professeur Alfred Sauvy, président du Conseil scientifique de l'Institut national d'études démographiques, s'attaque à une idée reçue, la surpopulation mondiale, et montre notamment que l'Asie, plus peuplée que l'Afrique connait une meilleure situation économique, ...

Revue GEO. N° 121. Mars 1989

voir l'article

"Méfiez-vous de l'arithmétique ; sachez que la clé est dans le commerce extérieur ; n'hésitez pas à augmenter l'essence ; dites la
vérité aux Français"; c'est en ces termes qu'Alfred Sauvy qui poursuivait : "Comme tout gouvernement de tout pays,  comme  tout   politique  démocrate  de notre  temps, vous allez être pris entre les hommes et  les faits : les hommes,  vous venez de les  voir, de les entendre, ils vous ont fait confiance  et  ils  espèrent,   sans   tumulte,  une amélioration de leur sort. Vous êtes,  je  le répète,  pris, ou plutôt  écartelé, entre  les hommes et les faits. Si vous donnez raison aux premiers,  craignez  la vengeance  des seconds".

L'expansion.  5-18 juin 1981

voir l'article

J'en viens à un problème plus difficile  à étudier que celui de la fécondité,  c'est le lien entre la crise occidentale  et le vieillissement. Ici le  refus de voir est particulièrement  dangereux. Quand je dis crise, je ne  vise pas la situation immédiate couramment  appelé ainsi, mais l'évolution  profonde et durable qui se manifeste  partout.  L'Europe et les pays occidentaux  acceptent, sinon de sombrer lentement,  du moins de le constater discrètement.  Mais, au lieu de chercher les  causes profondes, les hommes recourent  à de mesquines querelles. «Le  sommeil est profond qui berce les  statues». Dès qu'est seulement prononcé  le nom de vieillissement pour  établir le diagnostic de cette lente  dégradation, une sorte de réaction se  manifeste contre ce jugement trop  franc, trop direct. Tant que le diagnostic  sera refusé, il ne sera pas  question de trouver le remède spécifique.  Mais le jour où il sera clairement  exprimé, combien de reproches  pleuvront sur les dirigeants, sur  les informateurs, sur toutes les têtes  du pays, politiques, économiques,  universitaires, syndicales, qui auront  tout fait pour cacher ce mal éminemment  guérissable. Ne ménageons pas  les efforts pour que s'ouvrent enfin  les yeux. 

Interview publiée dans le n°623 de la revue Population et avenir , mai-juin 1995

Pour lire l'article

Il ne s'agit pas ici du fameux axiome si simple  « le temps  c'est de l'argent ». Est-elle cependant toujours  employée, cette matière précieuse,  fuyante qu'on appelle le temps? Dans tous les domaines de notre existence privée ou professionnelle, nous voyons ces deux auxiliaires, richesse matérielle et  durée, ces deux adversaires parfois, qui cherchent à s’ignorer mais que nous devons bien inclure dans un acte unique : notre décision.

Publié dans Revue CIC. Vol III. Numéro spécial. Janvier-juin 1987. page 7-13

Pour lire l'article, cliquez ici

Extraits du chapitre II : les conséquences du vieillissement de la population, de La France ridée, paru au livre de poche, collection Pluriel.

Pour lire l'article

Dans le lot, fort imposant, de préjugés et de sophismes, qui touche une forte partie de l'opinion, figure l'idée selon laquelle le chômage résulte d'un excès de nombre, donc d'un excès de natalité, et pourrait être résorbé par cette baisse de natalité.

Regardons de plus près : les pays qui ont le plus de chômeurs sont précisément les moins peuplés, le Canada et les Etats-Unis, riches en ressources naturelles. Au contraire, la Suisse , l'Autriche, dont la population dépasse nettement les possibilités que semblent suggérer les ressources naturelles ont un pourcentage de chômeurs très réduit

Pour lire l'article

Dans son ouvrage “La vie en plus“ paru en 1981, Alfred Sauvy évoque son passage en cabinet ministériel en 1937 avec Charles Spinasse, premier ministre de l’économie nationale,  puis, en novembre 1938, auprès de Paul Reynaud.
Cette expérience fait de cet homme issu de la “Statistique générale“ un observateur légitime, lucide et documenté, de l’action et des résultats économiques du Front populaire : elle nourrira son “Histoire économique de la France entre les deux guerres“ qu’il entreprend en 1965.
Aussi l’article “Des socialismes à la française“ publié dans l’Expansion en 1971, reposant sur une connaissance des faits et une solide expérience de l’exercice du pouvoir, sonne-t’il comme un avertissement  des dangers du “Jeu périmé des mirages“, même s’il se félicite de l’ouverture d’un débat sur des questions vitales pour le pays.
Avec le recul du temps, la vision d’Alfred Sauvy, près de 50 ans plus tard, apparait toujours d’actualité.
Pour lire l'article, cliquez ici