jean fourastie

Vie de l'association Fourastie

 Voici l’occasion d’aborder une question qui tarabuste les économistes depuis vingt ans. Après les Trente glorieuses révélées par Jean Fourastié (1945 à 1974), Jacques Marseille a pensé que les trente années suivantes étaient glorieuses, alors que Nicolas Baverez les a qualifiées de  piteuses avec la croissance molle dans laquelle nous sommes englués depuis 1978.

Les technologies de l’information et les biotechnologies sont le fruit d’un progrès technique rapide. Mais cette innovation ne génère ni croissance ni progrès ! Le Grand Espoir serait-il définitivement évanoui  ? Où est l’erreur ?

Malgré de nombreux essais, intelligents et divers, aucune réponse n’est convaincante. Bob Solow, à l’occasion du colloque du centenaire de Jean Fourastié, ne reniait pas son aphorisme : «je vois des ordinateurs partout, sauf dans les indices de productivité ! »

Privé avec tristesse de fondateurs éminents comme Michel Albert, Rotislav Donn, Michel Drancourt et Albert Merlin, notre Comité accueille avec joie de nouveaux talents y compris sur son site internet ; un renouvellement de bon augure car ces nouveaux membres gardent une perspective de long terme sans décoller du réel !

Je souhaite qu’ils tirent parti, comme maints consultants français et étrangers, des séries de prix réels, mises à jour et accessibles grâce à un moteur de recherche dédié.
Bonne rentrée à tous et à chacun !

Jean-Pierre Chamoux
Président du Comité Jean Fourastié.       
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Lire la suite...

 Cinq années de collaboration avec Jean Fourastié, deux ouvrages écrits avec lui, qu’il a eu l’élégance de me faire cosigner alors que sa notoriété, en ce début des années quatre-vingts, était à son faîte : le souvenir date de plus de 35 ans, mais il est toujours aussi vif, fort et… joyeux !

Oui joyeux, car Jean Fourastié travaillait à mon sens comme il vivait, dans la sérénité et la gaieté, sans oublier la bonne dose d’humour qui a constamment agrémenté nos entretiens. Au fil de nos rencontres dans son appartement lumineux de la rue Lecourbe, devant les rayonnages de ses livres reliés, je découvrais un maître à la fois sûr de ce qu’il avait à dire et totalement ouvert à la nouveauté de ce que je pouvais lui apporter.

Nos rendez-vous étaient toujours des dialogues. Plus d’une fois, j’ai été étonnée de la façon dont il écoutait la jeune journaliste économique que j’étais, dont il me faisait confiance, dont il s’intéressait aux informations, voire aux contradictions que je lui soumettais avec précaution. Jean Fourastié, déjà auteur de nombreux ouvrages célèbres, savait encore s’étonner de tout ! Mieux que quiconque il savait regarder et écouter. Car l’ingénieur avait un goût inné pour l’information concrète que toute une vie de recherche n’avait pas assouvi.

C’était d’ailleurs le cœur de sa méthode de travail : partir des faits, du « réel », collectionner les petits faits têtus avant d’élaborer la moindre abstraction ; dans un second temps seulement ordonner ces faits autour d’un sens général pour en extraire une explication universelle.

Rare et infaillible discipline…

Béatrice Bazil

Lire la suite...

 Johan Rivalland explique pourquoi il est difficile de transmettre la vision évolutive de Jean Fourastié à la jeunesse actuelle.

Le système éducatif français me semble évoluer plus que jamais « à deux vitesses ». Le fossé paraît grand entre, d’une part, une sorte d’élite dûment sélectionnée et d’autre part, un public large et nombreux vis-à-vis duquel la transmission de savoirs apparaît de plus en plus difficile.

Outre les problèmes de discipline, de vocabulaire, de syntaxe ou plus simplement d’expression, beaucoup de jeunes ont une perte de repères, notamment historiques (mais pas seulement). Elle est d’autant plus préoccupante qu’elle semble s’accélérer à mesure que les technologies dites « de l’information » (sacré paradoxe !) et de la communication progressent. Egocentrisme et immédiateté, faible capacité de recul, difficulté à établir des liens entre les idées, ou problème de simple bon sens, le gouffre paraît tellement important que beaucoup d’enseignants se découragent face à ce terrible constat. Il convient cependant d’être patient, déterminé, ambitieux et constructif, si l’on entend remédier au moins en partie à certaines de ces défaillances.

L’être humain n’a aucune raison d’avoir fondamentalement changé. C’est pourquoi il est essentiel, lorsqu’on est enseignant, de croire en la capacité de l’élève à apprendre et à progresser. N’est-ce pas là le propre de l’enseignement, quels que soient les obstacles de l’époque ?

Johan Rivalland,
Professeur de Marketing et d’Économie
publie régulièrement sur le site
www.contrepoints.org

Lire la suite...

 

La Providence a voulu que je croise la route d'Albert Merlin au début de 1996, non pas à propos du Comité Fourastié qui prenait pourtant déjà forme, mais à l'occasion d'une consultation sur les services marchands que j'engageais alors pour le compte du Ministre des PME. Albert présidait la SEDEIS ; il m'accorda immédiatement ses conseils avec diligence, courtoisie et précision. De là naquit l'une de ces rares complicités qui unissent l'esprit, l'intelligence et le cœur, comme on n'en rencontre que fort peu dans l'existence.

Ma sympathie pour Albert, vieille de seulement vingt ans, bien d'autres que moi l'ont éprouvée au fil de sa riche vie professionnelle et de ses engagements au service des multiples causes qu'il a promues, soutenues et plaidées au cours de sa vie. Des causes couvrant un large spectre d'intérêts : professionnels, bien sûr ; mais aussi religieux, éthiques et musicaux.

Notre Comité, dont il était Vice-Président, a très largement bénéficié de son action depuis sa constitution. Nous lui devons bien plus qu'une reconnaissance de circonstance. Sa formule-choc: "Fourastié nous manque" résumait si clairement notre objet social qu'elle mérite d'être régulièrement rappelée. Il l'avait fort bien illustrée avec cet entretien posthume que l'Expansion publia au moment du centenaire de la naissance de Jean Fourastié, commentant avec Emmanuel Lechypre l'actualité économique contemporaine "à la manière" de Fourastié ! 

Lire la suite...

 Michel AlbertMichel Albert est décédé le 19 mars 2015.
Nous tenons à lui rendre hommage et à témoigner
la reconnaissance du Comité Jean Fourastié à son égard.

 L’admiration et le respect de Michel Albert pour Jean Fourastié étaient notoires et partagés : Jean Fourastié lui a montré notamment une confiance amicale en l’invitant à l’émission : « l’homme en question » en 1977. Michel Albert a accueilli Jean Fourastié au Commissariat au Plan pour la remise du volume de mélanges : « Jean Fourastié, 40 ans de recherches » en 1978. Ils ont souvent dialogué, avec la réserve empreinte de cordialité qui les caractérisait l’un et l’autre.

Depuis le décès de Jean Fourastié, la fidélité de Michel Albert à sa mémoire était restée sans faille. Il a préparé attentivement le baptême de l’amphithéâtre Jean Fourastié au CNAM et le présida avec une discrétion remarquable, mettant en relief chacun des orateurs et ne s’accordant rien à lui-même !

Dès sa constitution, en 1997, le Comité Jean Fourastié a bénéficié de son soutien constant ; il l’a présidé puis en a été Président d’honneur ; ce Comité n’aurait pas existé sans lui. Il a encouragé la publication de l’anthologie : « Productivité et richesse des nations »  par Jean-Louis Harouel, et les jurys et remises des prix Jean Fourastié-Nodal. Il a présidé en 2007 le colloque international du centenaire de Jean Fourastié dont il a préfacé les actes, publiés sous la direction de Jean-Pierre Chamoux : « Comment retrouver croissance et emploi »

Lire la suite...

Jean Pierre ChamouxLe Comité Jean Fourastié a eu quinze ans l’an dernier. Faisons le point sur ce qui fut fait, sur ce qui est en cours et sur nos projets pour demain. Au bilan des tâches accomplies, fort bien menées sous l’égide des fondateurs du Comité et de ses présidents : Isabelle de Keviller, Michel Albert, Jean Cluzel et Pierre Tabatoni,  je rappellerai seulement :
•  le grand colloque tenu au CNAM en 2007 pour honorer le centenaire de Jean Fourastié en présence de nombreuses personnalités françaises et étrangères. Un volume d’actes est paru en 2008 chez Publisud ;
• la grande anthologie introduite savamment par notre collègue Jean Louis Harouel, «Productivité & richesse des nations», parue en 2005 aux éditions Gallimard ;
• ainsi que les Prix Jean Fourastié, généreusement dotés par Louis Berreur, dont les lauréats, marqués par l’œuvre et par la pensée de Jean Fourastié, ont enrichi notre action.

Lire la suite...

Alfred SauvyLes relations entre les deux associations ont atteint une certaine maturité avec une participation croisée aux instances de chacune ; Jean Pierre Chamoux, Jacqueline Fourastié et Catherine Cyrot sont membres du Conseil d’administration de l’association Alfred Sauvy ; Daniel Beveraggi, Jean-Pierre Baux et Yves Montenay, administrateurs de l’association Sauvy sont membres du Comité Jean Fourastié.

Lire la suite...

Michel DrancourtMichel Drancourt, décédé en mai 2014, était un membre actif du Comité Jean Fourastié, un disciple et ami de Jean Fourastié. Il n’a jamais manqué de lui demander d’intervenir à l’Institut de l’entreprise. Michel Drancourt a incité Jean Fourastié et Béatrice Bazil à publier Pourquoi les Prix baissent, et Le Jardin du voisin. Deux idées fondamentales y ont été développées : la baisse des prix réels et la diminution des inégalités.

Au moment du décès de Michel Drancourt, Jean-Pierre Chamoux, Président du Comité Jean Fourastié, lui rend hommage.

 Pour lire le texte, cliquez ici

Rotislav Donn

 

Rotislav Donn est décédé le 23 octobre 2013, à près de 94 ans. Russe blanc d’origine, il avait occupé diverses fonctions diplomatiques, dont la direction du service économique de l’Ambassade de France aux États-Unis. Il avait à cœur les questions de développement et a joué un rôle important au Commissariat au Plan où il a collaboré avec Jean Fourastié pour les missions de productivité. Il a créé des missions de productivité pour des pays soviétiques.

Boulat

 

Régis BOULAT vient d'être  nommé maître de Conférences à l’Université de Haute Alsace et nous nous en réjouissons vivement. Il est docteur en histoire de l’université de Franche-Comté, avec une thèse sur Jean Fourastié : un expert en productivité, la modernisation de la France. Historien en économie, il a travaillé sur la productivité, mais aussi sur des thèmes variés : l’anti-américanisme, le TGV ou le matériel des sports d’hiver… Sa contribution au site Fourastié-Sauvy est précieuse. Il prépare aussi un ouvrage sur Alfred Sauvy, grâce aux archives communiquées par Anne Wilkinson-Sauvy.

Assemblée générale du Comité Jean Fourastié Sous la présidence du professeur Jean Pierre Chamoux

Le mercredi 14 mai 2014 à 17 heures 30

IUT de Paris, salle du Conseil (3°étage) - 143 avenue de Versailles 750016 Paris

ORDRE DU JOUR

ü Les relations avec le Comité Sauvy, présentées par le Président Chamoux

ü Avancées de la base de données sur les statistiques de prix avec Jacqueline Fourastié et Claude Gormand,

ü L’évolution du site Web et la mise à disposition d’un corpus de textes, avec Catherine Cyrot et Régis Boulat

ü Activités 2012-2013 : Rapport moral, d’activité et financier,

ü Questions diverses.

Pour lire la convocation, cliquez ici

Président
Jean-Pierre Chamoux, Professeur à l'Université Paris V, biographie

Président d'honneur
Michel Albert, Membre de l'Institut, Secrétaire perpétuel de l'Académie des Sciences Morales et Politiques, biographie,
Jean Cluzel, Membre de l'Institut, biographie

Vice-présidents
Jean Marc Daniel, professeur à l'ESCP-EAP biographie
Albert Merlin, Vice président de l'institut PRESAJE, biographie

Secrétaire générale
Catherine Cyrot, consultante en services d'information, site Web
Béatrice Bazil, journaliste

Trésorière
Jacqueline Fourastié, Secrétaire générale de l'association philotechnique, biographie

Autres administrateurs
Louis Berreur, consultant
Michel Drancourt, journaliste et essayiste, (décédé), pour lire l'hommage de Jean Pierre Chamoux à Michel Drancourt
Rostislav Donn, économiste, (décédé)
Jean Louis Harouel, professeur à l’université Panthéon-Assas, biographie
Christian Hoarau, professeur titulaire de la chaire de comptabilité au CNAM,
Claude Vimont, Conseil Emploi Formation