jean fourastie

Statistiques prix

David le Bris et Alain Alcouffe (ci-dessous) se basent sur Jean Fourastié pour expliquer la croissance faible ou nulle actuelle. On était passé de la situation stagnante d’avant le XVIIIe siècle en France, à la période transitoire pendant laquelle le progrès technique a joué un rôle prépondérant. Fourastié annonçait pour les années 2000 la fin de la période transitoire, c’est-à-dire une civilisation tertiaire, où le PIB, élevé ne croîtrait pratiquement plus ; et c’est ce qui se produit.

Les statistiques de prix confortent cette affirmation. Les prix réels agricoles ont beaucoup baissé depuis deux siècles, mais ne baissent presque plus : le prix réel du litre de lait depuis 1900 a été divisé par 20 : un litre UHT coûte 3 minutes de travail au SMIC total. Le prix du pain a été divisé par 8 ou 9 depuis 1880 ; la baguette coûte 3 minutes de travail… Le prix du kilogramme de beurre a été divisé par 28 depuis 1885, celui du kilo de beefsteack par près de 5 depuis 1907 et celui du champagne par 15 depuis 1875… Ces prix ne peuvent guère baisser encore ! Il y a un temps de travail incompressible pour la production, la transformation et la commercialisation… Les courbes de prix réel ont pris récemment une forme asymptotique. Beaucoup de produits agricoles ne font plus l’objet que d’un progrès technique faible ou nul.

Lire la suite...

Une présentation réalisée par Johan Rivalland, professeur de Marketing et d’Economie, sous l’idée originale de Jean-Pierre Chamoux, Professeur émérite à l'Université Paris Descartes (Paris V) et grâce à la contribution  de Jacqueline Fourastié, fournisseur des séries statistiques et Catherine Cyrot, secrétaire générale du Comité Fourastié , concepteur du site web.

Pour télécharger le diaporama en pdf, cliquez ici


Vous pouvez retrouver près de 1500 séries de prix dans la présente  base de données.

 

Jean Fourastié ne raisonnait pas sur des idées, mais sur des faits. Il a dirigé de nombreux ouvrages sur l’évolution des prix. Jacqueline Fourastié a numérisé et transféré sur le site du Comité environ 1 400 séries de prix, la plupart provenant de ce travail et les a mises à jour depuis, autant que possible ; beaucoup de séries commencent en 1875.

En analysant les prix sur le long terme, on peut comprendre l’évolution des modes de vie entre le monde actuel et celui des siècles précédents. La comparaison peut se faire aisément en utilisant le «prix réel » qui est le quotient du prix courant par le salaire horaire total minimum. On suit  donc le temps qu’il faut pour produire un objet ou pour qu’un smicard gagne de quoi l’acheter.

Lire la suite...

Étudier les prix à long terme, c’est mesurer la productivité et le niveau de vie qui en découle. Jean Fourastié calculait le rapport du prix nominal au salaire horaire total le plus faible. Ainsi, il éliminait les variations de la monnaie, et mesurait à la fois le temps de production d’un bien et le temps de travail nécessaire à son achat. Cette vision ne tient pas compte des profits ; mais elle a son sens à long terme, lorsqu’on compare des prix « réels » tous calculés de la même manière.

Lire la suite...