jean fourastie

Statistiques prix

Le site fourastie-sauvy contient une base de données statistique sur l’évolution des prix en France depuis 1875. Elle comprend environ 1400 séries et résulte des publications de Jean Fourastié et de ses collaborateurs et élèves sur une longue période. Les sources étaient diverses, essentiellement des catalogues (principalement celui de la Manufacture de Saint-Étienne-Manufrance) et les données de l’INSEE. Les données en monnaie sont comparées au salaire horaire de base de la même période ; ce sont des « prix réels ». Depuis environ 2010, nous tentons de mettre cette base à jour et de la compléter avec de nouveaux produits.

Lire la suite...

Toutes les recherches ayant pour but l’élaboration de statistiques de prix se heurtent à de nombreuses difficultés qui tiennent à l’indécision sur les prix réellement pratiqués, à l’identification du produit, à l’extrême variété des biens et services économiques et surtout à l’insuffisance des sources ». (Jean Fourastié, L’évolution des prix à long terme).
Les compagnies aériennes et ferroviaires et les hôtels établissent leurs prix avec des algorithmes qui tiennent compte de la concurrence, des évènements locaux ou mondiaux et des besoins et habitudes des voyageurs et des touristes et… des prix de revient.
Elles cherchent à remplir des trains, des avions ou des hôtels en tout temps. Ainsi, des hôtels affichent des tarifs différents pour chaque jour de la semaine… La date à laquelle une place est retenue influe sur son prix.

Lire la suite...

Jean Fourastié montrait que le progrès des techniques de production fait baisser les prix par rapport aux salaires ; pour l’observer, il a fait réunir environ 1 300 séries de prix depuis la fin du XIXe siècle; celles-ci ont été numérisées et sont mises à jour annuellement.

Ces séries sont présentées sur la présente page, avec leurs listes selon le niveau de progrès technique, (Primaire, secondaire, tertiaire…) et par type de produit, sous forme de tableur. En choisissant l’onglet « base de données statistiques », on pourra consulter les mêmes séries à l’aide d’un moteur de recherche ou par liste alphabétique, sous forme de tableur ou en pdf.

La théorie des prix selon Jean Fourastié

Principe : se baser sur l’observation. Les prix réels

Jean Fourastié voulait se limiter à des prix et des salaires observés. Il pensait que la science économique était trop rationnelle et il voulait la transformer en science d’observation ; il ajoutait : « Il est dur de voir les hommes prétendre expliquer les mouvements de prix avant de les avoir observés».

La baisse du prix réel du blé, le fait capital de l’histoire économique depuis trois siècles

Quel est le fait majeur de l’histoire depuis 300 ans ? Vous avez probablement envie de me dire : la révolution française, l’abolition de l’esclavage, l’Union Européenne… Il y a un fait inaperçu de la plupart, mais majeur, c’est l’évolution du prix du blé et d’autres denrées de première nécessité. Nous sommes passés, en France et en Europe, d’une situation de famine endémique à l’opulence en matière de nourriture. POUR LIRE LA SUITE

Un regard sur d’autres prix réels

L’évolution à long terme du prix du blé est spectaculaire ! Tous les prix n’ont pas évolué de la même manière. Vous pouvez dire que j’ai choisi juste un prix qui a baissé rapidement et que ce qui vous intéresse, c’est l’évolution récente, et que, pour le moment, votre pouvoir d’achat baisse ! Je vais donc prendre quelques exemples de la dernière décennie disponible, 2001-2011 POUR LIRE LA SUITE

Pourquoi cette baisse ? Le progrès des techniques de production

Les prix réels qui augmentent sont rares ! Recherchez-en parmi les données ! La plupart des prix réels baissent plus ou moins rapidement. La raison en est le progrès des techniques de production ; il faut moins de temps aujourd’hui qu’il y a dix ans, vingt ans ou plus pour produire la plupart des biens de consommation. POUR LIRE LA SUITE

La classification des produits : primaire, secondaire, tertiaire

L’intuition fondamentale de Jean Fourastié, celle qui a fait le succès du Grand Espoir du xxe siècle, était la classification de la production, de la consommation et de l’emploi en trois secteurs : primaire, secondaire, tertiaire. Il montrait l’influence que progrès technique sur les prix, donc sur la production la consommation et l’emploi. POUR LIRE LA SUITE

Conséquences sur le pouvoir d’achat, la structure de l’emploi, la production et le niveau de vie

L’évolution de notre niveau de vie est résumée par l’évolution du prix du blé. Parce que nous ne travaillons plus uniquement pour avoir une nourriture de base, nous avons d’abord diversifié notre nourriture, puis nous avons pu produire et consommer beaucoup d’autres choses. POUR LIRE LA SUITE

Pouvoir d’achat ressenti, pouvoir d’achat réel

Que se passe-t-il donc pour que nous nous plaignions et n’ayons aucune conscience de l’élévation extraordinaire de notre niveau de vie ?  POUR LIRE LA SUITE

Le recueil des données. Aidez-moi !

Les données présentées sur ce site sont celles que Jean Fourastié a publiées dans divers recueils : Documents pour l’histoire et la théorie des Prix, Documents pour l’élaboration d’un indice du coût de la vie, Brochures : Prix de vente et prix de revient… ; les références de ces ouvrages figurent dans la bibliographie de Jean Fourastié sur le présent site. POUR LIRE LA SUITE

Il s'agit des prix de détail des produits de l’agriculture ou de l’industrie alimentaire, classés en légumes, fruits, conserves, huiles et matières grasses, etc. Le fait majeur est la baisse du prix réel du blé et des céréales (voir les généralités sur les prix et le prix du quintal de blé dans les prix de gros). Le prix réel des produits transformés, comme le pain ou les conserves, baisse moins rapidement que celui des produits qui viennent directement de la terre, car il y a une part plus grande de main d’œuvre incompressible. Les petits légumes ou fruits, qui demandent plus de soin, voient leurs prix réels baisser moins vite que les céréales.

Les produits agricoles peuvent être classés à Haut Progrès Technique, ce qui est un peu en contradiction avec la vision de Jean Fourastié qui les classait à Progrès Technique Moyen. Il y a eu d’énormes progrès des techniques agricoles, progrès qui semblent s’atténuer depuis au moins dix ans ; il est probable que certains prix réels ne pourront plus baisser à cause d'une main d'oeuvre incompressible. Cette tendance fait prévoir ce que Jean Fourastié appelait "la fin de la période transitoire" : une civilisation stable, avec une croissance presque nulle comme avant le XVIIIe siècle, mais à haut niveau de vie et avec un emploi presque uniquement tertiaire.

 Voir les statistiques de cette famille

La liste des produits et les fiches statistiques correspondantes sont accessibles au bas de cette page, après "lire la suite".

Il s'agit des prix de l’industrie, classés de façon à être repérables : atelier, automobile, maison, etc.

Nos séries comportent beaucoup de lacunes : l’INSEE ne publie presque pas de prix de produits manufacturés. Les prix ont donc été recueillis à partir de catalogues, les plus importants étant ceux de la Manufacture de Saint-Étienne, Manufrance tant qu'elle a existé (jusqu'en 1980).  Depuis 1980, quelques autres catalogues ont été consultés, mais aucun ne couvre les produits manufacturés spécialisés. Les dernières mises à jour sont faites chaque année à partir de "ventes sur internet".

Selon la théorie de Jean Fourastié, ces produits sont à progrès technique élevé (HPT), et leurs prix réels baissent fortement. Les périodes de guerre, cependant, ont fait remonter les prix, et on ne retrouve des prix réels plus faibles qu’avant la guerre qu’au bout de quelques années ; sur le long terme, la baisse est cependant souvent spectaculaire.

Voir les statistiques de cette famille

La liste des produits et les fiches statistiques correspondantes sont accessibles au bas de cette page, après "lire la suite".

Les prix présentés dans ce secteur sont les prix des services. Ils sont classés de façon à être facilement repérables : éducation, santé, loisirs, entretien de la maison, etc.

Selon la théorie de Jean Fourastié, les prix réels des services ne devraient pas baisser. L’exemple type est celui du coiffeur : il faut toujours autant de temps pour couper les cheveux d’un homme, donc le prix réel est pratiquement fixe, de l’ordre d’un salaire horaire.

Lire la suite...